Les éditeurs prédateurs présentés par le prisme de leurs représentations

Les éditeurs prédateurs sont aujourd’hui largement présents sur la scène de la publication scientifique. Profitant du déploiement du modèle Gold Open Access « auteur-payeur », qui introduit une dimension transactionnelle entre l’auteur et l’éditeur de la revue, ils sont toujours à la recherche de chercheurs, jeunes et moins jeunes. Ces derniers, désireux de compléter leur liste de publications de leur CVs pour répondre aux critères de l’évaluation, sont les victimes flouées ou consentantes d’une nouvelle forme de prédation. 

Les éditeurs prédateurs sont des entités qui se disent scientifiques, qui prétendent à la publication des résultats de la recherche en Libre Accès, faisant croire qu’ils pratiquent pour leurs revues les règles de l’évaluation par les pairs. Ils sont plutôt à la recherche d’une source de revenus facile à travers les Article Processing Charge – APC, les coûts que paient les chercheurs pour publier dans une revue en Gold Open Access. Or, les éditeurs prédateurs ne s’embarrassent pas de « zapper » l’étape « Peer Review » ou à tout le moins de la bâcler, n’apportant de fait aucune valeur ajoutée aux articles qu’ils se contentent de diffuser sur leur site web. 

Ces éditeurs sont aujourd’hui repérés et recensés. La liste de Jeffrey Beall, un bibliothécaire américain, en a été pionnière. Aujourd’hui, la liste noire Cabells est l’une des plus connues. Elle « livre » les titres des revues à éviter, selon des critères établis. 

Tirer le portrait des éditeurs prédateurs 

Une des caractéristiques du sujet est que les articles (de recherche ou d’opinion) et les billets qui couvrent le phénomène sont souvent accompagnés d’illustrations, de dessins, voire de caricatures. Se pencher sur ces illustrations est une entrée intéressante pour rendre compte de la compréhension et des représentations véhiculées par les éditeurs prédateurs. 

Ainsi, à partir d’une approche sémiotique (Barthes, 1964), nous nous sommes attelés à décrypter ces illustrations en rapport (ou non) avec leur article source. Pour ce faire, nous avons catégorisé trois principaux types de messages véhiculés par ces articles : 

  • le message linguistique qui représente la structure significative de l’illustration,
  • le message littéral ou le message codé (le signifié), 
  • le message symbolique qui renvoie à un message analogique (connotation).

Cette démarche nous a donc permis de catégoriser les représentations qui circulent autour de ces éditeurs prédateurs.

Prédateur : un appellation explicite…

Dans toutes les illustrations recueillies, l’image du prédateur est revenue sous différentes formes, dont quelques uns des plus grands prédateurs du monde animal : le requin et le reptile (illustations n°1 et n°2) ont souvent été utilisées. 

Le requin est un prédateur qui traque sa proie sans relâche et qui rôde discrètement. Le reptile, pour sa part, est un prédateur qui se fond dans la masse, qui s’adapte à son univers et qui peut aussi changer de forme au gré de son environnement. Il a de longues griffes et s’accroche à ses proies…à coup d’e-mails frauduleux, désormais qualifiés de spams.

Ce choix de représentations n’est pas anodin, les éditeurs prédateurs usent des mêmes stratégies pour atteindre leurs « proies ». Ils tentent de prendre l’allure des éditeurs légitimes ayant pignon sur rue, ou bien de presses universitaires prestigieuses.

Un monde trop grand, trop brouillé, pour les distinguer 

Dans le parallèle qui est fait avec les animaux prédateurs, les illustrations (n°3, n°4, et n°5) représentent souvent la mer, voire l’océan…du Libre Accès, où les barrières sont abolies, et les repères brouillés.

Le monde de la publication scientifique a en effet connu un essor important avec le développement de l’offre de contenus en Libre Accès et la prolifération des plateformes numériques sur le Web. Nous connaissons aujourd’hui en effet un plus large et plus libre accès à la connaissance scientifique en comparaison aux décennies passées. 

Pourtant, dans ce vaste océan de la communication scientifique numérique en transformation, et à travers ces nouvelles règles qui régissent l’accès à la connaissance, les règles sont déstabilisées et le danger est omniprésent. Les chercheurs ne sont donc pas toujours armés pour distinguer les prédateurs. 

En attendant, ces derniers circulent et pénètrent les cercles académiques, prenant diverses formes pour approcher leur proie. Cela est littéralement représenté par l’illustration n°3 qui nous montre un prédateur (le requin) qui prend la forme inoffensive d’un poisson rouge… ce n’est pas sans nous rappeler le phénomène de Hijacking identifié il y a quelques années, par les revues légitimes se faisaient usurper leur identité. 

Chercheurs et éditeurs prédateurs : la prédateur et la proie 

Un constat nous permet également de mettre en exergue la représentation de la relation entre chercheur (la victime) et éditeur (le prédateur), qui est une relation dyadique renvoyant à celle du prédateur et de sa proie. Ce parallèle est représenté de manière particulièrement frappante dans un premier temps par le loup et l’agneau (illustration n°6). Cela renvoie au chasseur et à sa proie, à la naïveté face à la cupidité, au rapport de force inégal, à la raison du plus fort … 

Les chercheurs, pensent contribuer à la science, diffuser leurs travaux, et se retrouvent empêtrés dans les filets des fausses et trompeuses promesses qui leur sont faites (d’évaluation par des experts, de publication légitime, …). 

Une autre illustration (n°7) renvoie à celle du chat et de la souris, avec toujours cette idée de prédateur et de proie, mais dans une autre optique. La proie se faufile, déjoue parfois les tours du chasseur et se cache pour se protéger. Preuve que les chercheurs commencent à comprendre les stratégies des éditeurs prédateurs… 

Les auteurs : tous victimes « à l’insu de leur plein gré » ?

L’illustration n°8 qui rappelle l’image du chercheur isolé et solitaire travaillant dans son coin soulève la question du consentement du chercheur. En effet, les processus de publication tout autant que les différentes catégories d’éditeurs et de revues restent floues. Ainsi, la solitude que peut vivre ou ressentir le chercheur dans son travail le fait parfois plonger directement dans les pièges des éditeurs prédateurs…et perdre ainsi tous les fruits de ses efforts. 

Jusque-là, on a considéré les chercheurs comme des victimes face à la montée en puissance des éditeurs prédateurs. En effet, d’un jour à l’autre ces derniers se trouvent sollicités de toutes part au regard de « l’excellence » de leurs travaux. Néanmoins, pour d’autres chercheurs, la compétitivité au sein du milieu académique et les charges importantes d’enseignement et d’administration, mettent à mal la qualité et l’intégrité de la production scientifique. Les éditeurs prédateurs peuvent alors représenter une solution de facilité, voire une alternative

Nous comprenons d’autant plus sur cette représentation (illustration n°1) du chercheur désemparé devant l’injonction productiviste de la publication. Il peut être amené à se laisser prendre par la vague des éditeurs prédateurs qui inonde un univers de la publication scientifique en reconfiguration.  

Alors que l’édition prédatrice quitte les colonnes des faits divers de la publication Open Access pour devenir un objet de recherche approché par des tentatives de problématisation et des méthodes adaptées, l’entrée sémiotique permet de rendre compte quelques unes des représentations agitent la communauté scientifique. Elle rend intelligible le type de questionnements qui accompagnent les premiers travaux de recherche adressant ce qui semble se confirmer comme le fléau de la publication Open Access. 

Sarah Rakotoary


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.